Appel de solidarité: famille Rom menacée de deportation

mai 9, 2016

Gilda and KatalinGilda et Robertne (Katalin) Lakatos pourraient être déportées jeudi le 12 mai (voir le contexte ci-dessous).

SVP soutenez-les dans les prochains trois jours :

1- En venant montrer votre soutien à la conférence de presse qui se tiendra mardi 10 mai à 10h30 au 1500 de Maisonneuve Ouest, #204

2- Mardi, durant la journée, SVP appelez :

-Le Ministre de l’immigration du Canada, John McCallum (613-954-1064), et demandez-lui d’accepter la demande humanitaire de la famille Lakatos
-La Ministre de l’immigration du Québec, Kathleen Weil (514-873-9940), et demandez-lui d’intervenir pour arrêter leur déportation.
-Le Ministre de la sécurité publique du Canada, Ralph Goodale (613-991-2924), et demandez-lui d’arrêter la déportation jusqu’à ce qu’il y ait une réponse à leur demande humanitaire.

Lors de vos appels, faites référence à Gilda et Robertne Lakatos, UCI 6461-5666

3. On demande aux ORGANISATIONS d’envoyer une lettre de soutien aux trois ministres avant midi MERCREDI.

Voici le modèle.

to: john.mccallum@parl.gc.ca, ralph.goodale@parl.gc.ca, kathleen.weil@assnat.qc.ca

cc: solidaritesansfrontieres@gmail.com

RE: Arrêtez la déportation et régularisez Gilda et Robertne Lakatos, UCI 6461-5666

[En-tête]

[date]

Monsieur et Madame les Ministres, McCallum, Weil, et Goodale,

[NOM de l’organisation] est [brève description de votre organisation].

Nous vous écrivons pour vous demander d’intervenir de toute urgence dans le cas de Gilda et Robertne Lakatos, qui sont menacées de déportation le jeudi 12 mai.

La famille Lakatos a rempli une demande de résidence permanente pour circonstances d’ordre humanitaire il y a huit mois. SVP annulez l’avis d’expulsion tant que le dossier de demande n’a pas été considéré.

Cordialement,

[signature]
[nom]

CONTEXTE

Gilda Lakatos, 17 ans, et sa mère Katalin Lakatos, sont menacées de déportation jeudi. La famille a quitté la Hongrie en 2011 à cause du racisme qu’elle y subissait en tant que Roms. Ce racisme anti-roms a poussé le fils aîné de Katalin au suicide, explique une négligence médicale qui a failli tuer son plus jeune fils, et les menaces et injures à caractère sexuel et raciste subies par les deux femmes.

La famille Lakatos espérait trouver une meilleure vie au Canada. Malheureusement, elle est arrivée au moment où un climat anti-réfugiés et anti-roms plus particulièrement était attisé par l’ancien Ministre de l’immigration Jason Kenney. Une étude portant sur les dossiers de plus de 10 000 réfugiés hongrois, et publiée l’an dernier, a montré à quel point les stéréotypes racistes contre les populations roms sont devenues « consacrées » dans les processus de traitement des dossiers de réfugiés au Canada. La demande d’asile de la famille Lakatos a été refusée et on leur a ordonné de quitter le pays en tant que réfugiés refusés le 30 octobre 2015. Parce que la Hongrie figure sur la liste de « pays sûrs » (« pays d’origine désignés »), la famille Lakatos ne peut être éligible pour une évaluation de risque avant renvoi (ERAR) avant 2018.

Déterminée à ne pas retourner en Hongrie, la famille est restée au Canada, rejoignant les rangs des migrants sans statuts, estimés à près de 500 000 dans le pays, une population très vulnérable à l’exploitation et aux abus. Lorsque le père et le frère de Gilda ont été détenus alors qu’ils se rendaient à leur travail en février 2016, et furent ensuite déportés, les deux femmes se sont rendues par elles-mêmes. Elles sont maintenant menacées de déportation jeudi, malgré toute les difficultés que les deux hommes ont rencontrés depuis leur renvoi en Hongrie.

La famille a desposé une demande de résidence permanente pour circonstances d’ordre humanitaire il y a 8 mois, mais le Canada veut procéder à la déportation avant même d’avoir répondu à cette demande. Il faut rappeler que les dossiers de demandes humanitaires ne sont presque jamais acceptés une fois que la personne a été déportée.

PLUS UNE SEULE DEPORTATION ! Un statut pour toutes et tous ! Fermez l’ASFC ! ARRETEZ LA VIOLENCE !

Comments are closed.