ARRÊTONS LES DÉPORTATIONS

mars 9, 2011

SAB_sticker_series_V4_final_jpg_web-05Au cours de la dernière décennie, le nombre de personnes déportées du Canada a augmenté de 50%. En 2009 seulement, plus de 13 000 personnes ont été expulsées. Tandis que ce nombre continue d’augmenter, les détentions et les rafles à l’américaine sont entrain de devenir monnaie courante à l’ASFC (Agence des services frontaliers du Canada).

Les recours bureaucratiques permettant de contester un ordre de renvoi sont minés de problèmes structurels. Plus de 97% des demandes d’Examen des risques avant renvoi (ÉRAR) – l’avant-dernière étape avant la déportation – sont rejetées. De plus, les individus et les familles peuvent être déportées même s’ils et elles ont entrepris une demande de résidence permanente pour motifs humanitaires (une procédure coûteuse en soi).

Les déportations séparent des personnes de leur familles, ami(e)s, et de leur vie ici au Canada. Alors que le capital, les entreprises et les citoyen-nes privilégié-es du «premier monde» peuvent voyager et traverser les frontières librement, les immigrant(e)s originaires de la majeure partie du globe sont criminalisés, illégalisés et brimés dans l’exercice de leurs droits fondamentaux. Ces immigrant(e)s cessent d’être des humains et deviennent des «illégaux», des «sans-statut», des «sans-papiers» ou des «demandeurs d’asile déboutés». Et quand leur force de travail bon marché n’est plus requise ou qu’ils se lèvent pour revendiquer des droits, ils deviennent tout simplement jetables. Des luttes qui pourraient être communes et des communautés entières se trouvent divisées ou sont réduites à l’invisibilité, donnant lieu à une culture de méfiance, de surveillance et de répression.

Nous affirmons notre solidarité avec celles et ceux qui luttent contre leur déportation ou leur ordre de renvoi. Nous croyons que toute personne a le droit de migrer, de résister à son déplacement forcé et de retourner dans sa terre natale si elle le désire.

Comments are closed.