MISE-À-JOUR: Paola Ortiz a reçu une nouvelle date de déportation pour le 23 septembre

septembre 22, 2011

MISE-A-JOUR: Suite à son rendez-vous ce matin avec l’agente des services frontaliers Liette Malenfant, Paola Ortiz a reçu une nouvelle date de déportation pour le 23 septembre à 6 heures du matin 

–> La nouvelle date de déportation de Paola est prévue pour ce vendredi le 23 septembre à 6 heures du matin. L’Agence des services frontaliers du Canada a demandé qu’elle se présente directement à leurs bureaux du centre-ville au 715 rue Peel. Des agents frontaliers l’escorteront directement jusqu’à son vol.

SVP CONTINUONS DE MAINTENIR LA PRESSION! 

Mardi dernier, le Ministre de la Sécurité publique Vic Toews a affirmé que la décision de déporter Paola n’était plus entre ses mains. Mais nous savons que ceci est faux et que les Ministres Toews et Kenney ont encore le pouvoir d’arrêter la déportation de Paola


COMMENT AIDER:

–> Continuez d’appeler les Ministres Toews et Kenney. Dites leurs qu’ils SERONT tenus responsables de leurs actions :: À ce stade, il est plus efficace d’appeler ou de faxer que d’envoyer des courriels
Jason Kenney:

Tél.: 613-992-3128

Fax: 613-995-1049

 

Vic Toews:
Tél.: 613-992-3128

Fax: 613-995-1049

 

— > Vigile de solidarité organisée par Dignidad Migrante :: Jeudi le 22 septembre à compter de 18 h :: Devant le Complexe Guy-Favreau (200 boul René-Lévesque Ouest) ::: SVP venez en grand nombre avec vos bannières, pancartes, instruments de musique, etc. Joignez-vous à nous pour dénoncer cette enième déportation, cette énième famille déchirée par les politiques injustes d’Immigration Canada!

–> Nous encourageons les individus et les groupes à continuer à écrire à solidaritesansfrontieres@gmail.com pour signifier leur appui à la campagne de Paola. Nous nous excusons de ne pas pouvoir répondre aux courriels envoyés; nous avons reçu un volume impressionnant de courriels dans les derniers jours.

–> Levée de fonds: Nous levons des fonds pour aider à défrayer les frais d’avocat et pour créer un petit fond pour Paola et sa famille étant donné qu’elle doit quitter le pays sans aucun sous. Si vous pouvez contribuer, faites un chèque au nom de Solidarité sans frontières avec Paola Ortiz dans la ligne mémo. Faites parvenir votre chèque à Solidarité sans frontières:

Solidarité sans frontières a/s GRIP-Concordia
c/o Université Concordia
1455 de Maisonneuve O.
Montréal, Québec  H3G 1M8

Si vous voulez faire une contribution en argent comptant ou par d’autres moyens, veuillez écrire à solidaritesansfrontieres@gmail.com

Pour plus d’informations: www.solidaritesansfrontieres.org

 

Communiqué de presse envoyé ce matin suite à son rendez-vous de Paola:

Le Canada maintient la ligne dure à l’endroit de Paola Ortiz, dont la déportation est prévue pour vendredi

Montréal, le 21 septembre 2011 – L’État canadien maintient la ligne dure et compte procéder à la déportation de Paola Ortiz en dépit de l’important soutien populaire que la femme d’origine mexicaine a reçu depuis quelques jours.

Lors de son rendez-vous de ce matin, auquel elle n’a pu être accompagnée, Mme Ortiz a reçu un nouvel avis de déportation de la part de l’agente Mme Liette Malenfant de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Mme Ortiz devra se présenter ce vendredi, le 23 septembre, aux bureaux de l’ASFC, rue Peel, à 6h du matin, d’où elle sera escortée jusqu’à l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau, en direction de Mexico.

Solidarité sans frontières dénonce l’ignominie de cette décision et le silence des autorités fédérales et provinciales. « Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison d’intervenir dans cet ordre d’expulsion, alors que les situations de violence vécues par de nombreuses femmes au Mexique et l’impunité presque complètes dans laquelle opèrent les agresseurs sont des réalités connues et documentées», rappelle Sophie Schoen, de Solidarité sans frontières. « Contrairement à ce qu’il a déclaré mardi, le ministre Toews a encore le pouvoir d’intervenir dans le dossier et d’accorder un sursis de déportation à Paola, ajoute Sophie Schoen. Il doit savoir qu’il sera tenu pour responsable du sort de Paola et de ses enfants si celle-ci est renvoyée au Mexique. »

Mme Ortiz a décidé de partir sans ses deux enfants de 2 et 4 ans, souffrant d’autisme et de problèmes auditifs, considérant qu’ils sont moins en danger au Québec qu’au Mexique, et qu’ils pourront recevoir ici les soins médicaux qu’ils requièrent.

Une manifestation a eu lieu ce matin devant l’ASFC, au moment du rendez-vous de Paola Ortiz. Elle réunissait plusieurs représentants de groupes de femmes, dont la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. Toutes ont dénoncé le déni du danger que représente cette déportation pour Paola Ortiz, victime de violence de la part de son ancien conjoint, agent de la police fédérale du Mexique.

Était également présent rue Saint-Antoine, M. André Boulerice, ancien ministre de l’Immigration du Québec : « Il s’agit d’une décision odieuse sans aucune humanité. On nie à deux enfants, citoyens canadiens, le droit d’être avec leur mère », a-t-il déclaré.

Pour Alexandra Pierre, de la FFQ, « En voulant expulser Mme Ortiz, les autorités se font complices de la violence faite aux femmes et de sa banalisation. Elles mettent aussi sous le tapis leurs obligations envers les enfants nés sur le territoire canadien », a-t-elle affirmé.

Le cas de Paola Ortiz a reçu l’appui de plus d’une trentaine de groupes et de plus de deux cent individus. Tous et toutes sont unanimes dans leur dénonciation de la déportation de Mme Ortiz et demandent à ce qu’elle puisse rester au Canada, avec ses enfants.

De plus, une vigile de solidarité se tiendra jeudi le 22 septembre à compter de 18 heures devant le Complexe Guy-Favreau afin de continuer à dénoncer la déportation de Paola.

-30-

Contacts médias:

Daniel: 438-875-4714

Julie Marcoux: 514-839-1657

Comments are closed.