Les sans-papiers ont une solution pour la pénurie de main-d’œuvre: un Statut pour tous et toutes

décembre 1, 2021

Samedi 4 décembre 2021
midi
Devant le bureau du premier ministre Legault Coin McGill College et Sherbrooke (métro McGill)

Ça fait quelques mois que les médias parlent sans cesse d’une crise de la main-d’œuvre au Canada et surtout au Québec. Nous avons une solution très simple : un statut pour tous et toutes !

Nous, les sans-papiers, et d’autres migrant-e-s avec un statut précaire (des étudiant-e-s étrangèr-e-s, des réfugié-e-s, des travailleur-euse-s étrangèr-e-s agricoles et domestiques) vivons dans l’extrême vulnérabilité. Certain-e-s d’entre nous sont forcé-e-s de travailler sans permis de travail, dans des conditions pénibles et même dangereuses et tellement exploitantes. D’autres ne peuvent pas travailler, car sans permis, sans accès à la formation, c’est très difficile de se trouver un travail stable. Pourtant, vous dites qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre …

M. Legault, nous existons, nous travaillons et nous vivons ici.

La situation est devenue très claire quand vous avez tourné vers les travailleurs à l’extérieur de Canada pour combler la pénurie et non pas à nous : il y a une volonté de continuer à nous exploiter en tant que travailleurs et travailleuses sans-papiers. Et c’est même encore plus clair avec la vague de déportations qui a commencé récemment au Québec : au lieu de nous donner l’opportunité de rester (déjà chez nous ici, malgré l’injustice du système d’immigration qui nous a exclu) pour combler votre fameuse pénurie de main d’oeuvre, vous préférez nous déporter ou nous forcer à devenir sans-papiers, des travailleur-euse-s au noir, faciles à exploiter.

Même le tout petit programme de régularisation (censé remercier des travailleurs et travailleuses des CHSLDs) a été tellement mal géré que presque personne n’en a bénéficié, même pas beaucoup de travailleurs des CHSLDs ! Pourtant, il ne faut pas oublier que, depuis le début de la pandémie, des milliers de personnes avec un statut précaire au Canada étaient au premier rang du danger pour subvenir aux besoins des citoyen-ne-s canadien-ne-s et québecois-es. M. Legault, alors que vous étiez tou-te-s confiné-e-s et que vous bénéficiez de la prestation d’urgence, plusieurs parmi nous travaillaient sans relâche. Beaucoup d’entre nous étaient sans RAMQ, ni permis de travail, ni conditions de vie paisibles. L’économie canadienne et québécoise ne s’est pas arrêtée, oui grâce à ces personnes-là qu’on qualifie de Québécois-e-s : ouiii, M. Legault, ça fait des années que nous sommes ici; et nous sommes tanné-e-s d’être exclu-e-s de tous vos programmes, tanné-e-s d’être exploité-e-s !

Nous ne sommes pas contre l’entrée d’autres travailleur-euse-s migrant-e-s!
Mais, nous sommes contre notre propre exploitation, et nous sommes contre l’ignorance et le racisme que vous ramenez en nous excluant de vos plans.

Notre lutte continuera jusqu’à la victoire. Nous demanderons toujours simplement d’être traité-e-s avec la pleine dignité humaine et un statut pour tous et toutes.

Comments are closed.